Jethro Tull (l'âme de Ian Anderson)

ABCRock :: de A à Z :: J

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jethro Tull (l'âme de Ian Anderson)

Message  Leroybrown le Dim 20 Juil - 16:45

Jethro Tull est l'inventeur du semoir et est l'un des premier agronome. Il a vécu aux XVIIIème siècle, siècle des lumières.

250 ans après Jethro Tull est un groupe de rock formé autour de l'excentrique flûtiste Ian Anderson. C'est en 1968 que le goupe signe son premier contrat après avoir joué dans beaucoup de clubs londoniens sous de multiple noms. Il réuni alors Mick Abrahams, guitariste et passionné de blues, Ian Anderson qui est à la fois flûtiste et chanteur davantage intéressé par le folk, Glenn Cornick, bassiste et Clive Bunker, batterie. Après un premier 45 T passé inaperçu, Jethro Tull publie This Was influencé par le blues. Les divergences de goûts musicaux entre les deux principaux créateur du groupe font partir Mick Abrahams qui sera remplacé, après un casting voyant passer un certain Tommy Iommi, par Martin Barre.

Seul leader, Ian Anderson compose l'intégralité du second opus de Jethro Tull sortie en 1969 sous le titre Stand Up. La musique du groupe s'oriente désormais vers le rock progressif naissant teinté de Jazz notemment. Mais il faut aussi parler de l'arrengement connu de La Bourrée sur une composition de J S Bach.
L'année 1970 est essentiellement marqué par trois évênements majeurs. Jethro Tull participe au festival de l'Ile de Wight au coté de Hendrix et des Who. Il engage John Evan, un clavériste qui participe à l'enregistrement du troisième album, Benefit à nouveau intégralement signé Ian Anderson comme le précédent.

Le célébrité du groupe grandit ainsi que la maturité des compositions de l'équipe de Anderson. Aqulung confirme largement le travail accomplie sur les deux albums précédents. Il devient le succès du groupe. Ian Anderson parle d'un vieillard malade et clochard aux idées scandaleuses (sur le catholisisme ...). Barre nous offre des solos techniques et passionnantes. Jeffrey Hammond-Hammond démontre une intéressante virtuosité à la basse, poste qu'il a depuis la départ forcé de Cornick. La formation est alors à sont meilleurs niveau technique. Anderson maitrise ses idées et emplois pleinement ses talents de multi-instrumentiste (flûte, harmonica, guitare acoustique). Puis c'est le départ de Clive Bunker (dernier rescapé de la formation de base) qui sera remplacé par Barriemore Barlow, un ami d'enfance de Ian Anderson avec lequel il avait déjà créé un groupe au débuit des années 60. L'ambiance est bonne lors de l'enregistrement de l'album-concept Thick as a Break. Tout est incroyable avec ce disuqe, la pochette (un journal) et la construction de l'album. Il est composé d'un développe de thèmes et de plusieurs mouvements sur une seule et unique chanson de 43 min. Toujours en 1972, Jethro Tull publie Living in the Past une compilation de rares et de face B de singles ainsi que de quelques extraits live.



En 1973 A Passion Play sort et déçoit beaucoup la critique qui attendait encore des bonnes choses de ce groupe. C'est le second album-concept proprement dit du groupe. Il faut aussi parler d'un enregistrement longtemps perdu réalisé au Château d'Hérouville qui sera retrouvé plus tard et publié.

Ministrel in The Gallery doit être la petite soeur de Aqulung mais est encore une fois critiqué. Les chansons de l'album alterne entre titres acoustiques et thème développé avec la guitare de Barre. L'ambiance se dégrade et Jeffrey Hammond-Hammond quitte le navire. Il est remplacé par John Glascock.

En 1976, la nouvelle formation enregisre Too Old To rock'n'roll, too young to die une version acerbe et recyclé de A Passion Play afin de répondre aux vives critiques de ce dernier sité. Anderson y parle d'un rocker vieillissant ...

Pour achevé la décennie, les albums sont tournés vers un son plus folk et Song from the Wood (1977) satisfait la critique pour la première fois depuis 1973. Heavy Horses (1978) et Stormwatch (1979) sont dans la même veine que le précédent. Glascock sucombe à une opération cardiaque lors de l'enregistrement de Stormwatch. Il sera terminé par Anderson lui-même à la basse. Dave Pegg (ancien Fairport Convention) tient la quatre cordes pour la tournée.

Avant le départ et la pause du groupe du début des années 80, il faut encore signaler la sortie d'un album live majeur, Burnsting Out en 1978 ...

Anderson veut sortir un album solo sous son nom mais la pression de la maison disque fait que A (1980) est signé Jethro Tull. Mark Carney est aux fûts ! Mais Eddie Jobson, clavériste, influence particulièrement le son de l'album vers des sonorités électroniques. Ca change brutalement de style vis à vis des albums teintés folk précédent. La crise était annoncé, Jobson et Carney ne restent pas, Gerry Conwat et Donae Perry se partagent la place de batteur, Peter-John Wettese est au clavier. Broadsword and the Beast sort en 1982 et est inspiré par le Seigneur des Anneaux de Tolkien. Tous les titres sont signés Anderson. L'électronique prend le pas sur Under Wraps en 1984. Maintenant la pause s'impose !

Mais en 1987, à la grande surprise de beaucoup, revient avec un album fabuleux, bien critiqué et bien accueille par le public : Crest of a Knave. Peter-John Wettese a quitté le bâteau et les claviers sont tenu par Anderson en studio et Don Airey sur scène. Barre démontre qu'il peut encore offrir de bon solo. Un retour au source !

On retrouve Dave Mattack à la batterie notemment sur l'album intéressant, live et acoustique A Little Light Music faisant redécouvrir quelques anciens titres ...

Le groupe sort régulièrement des albums studfio jsuqu'en 2003 et continu actuellement à tourner.
avatar
Leroybrown
Admin

Messages : 30
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur http://abcrock-leforum.forumsmusic.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

ABCRock :: de A à Z :: J

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum